L’AVC

L’AVC ou l’accident vasculaire cérébrale est un déficit neurologique, consécutif à une défaillance brutale de la circulation sanguine dans une région du cerveau. Il survient à la suite de l’obstruction ou bien de la rupture d’un vaisseau sanguin et provoque la mort des cellules nerveuses qui sont alors privées d’oxygène et des éléments nutritifs essentiels à leurs fonctions. Les deux types de défaillance vasculaires sont appelés respectivement AVC Ischémique (obstruction du vaisseau sanguin) ou AVC Hémorragique (rupture du vaisseau sanguin).

L’AVC dit ischémique, provoqué par l’obstruction de vaisseaux sanguins dans le cerveau représente 85% des cas de personnes victimes d’AVC dans le monde. Il est la conséquence de la formation d’un caillot sanguin formé soit par la rupture d’une plaque d’athérome sur la paroi de l’artère, soit par la migration d’un caillot formé dans le cœur chez un patient atteint d’une pathologie cardiaque appelée fibrillation auriculaire.

L’hémorragie intracérébrale spontanée, ou accident vasculaire cérébral hémorragique (AVC-H), est le deuxième type le plus fréquent, représentant 30 % des AVC avec des variations géographiques entre 15% et jusqu’à 50% en Chine. L’AVC-H résulte d’une fuite de sang d’une artère cérébrale suite à une rupture spontanée de ce vaisseau. Cette rupture est la conséquence de la rigidification des vaisseaux induite notamment par le tabagisme, l’hypercholestérolémie ou l’hypertension artérielle. L’hémorragie induit une privation de l’apport sanguin de la région cérébrale vascularisée par le vaisseau tandis que le sang qui s’accumule hors du vaisseau induit une augmentation de la pression responsable de lésions cérébrales dans la région située autour de l’hématome.

L’hémorragie intracérébrale engage le pronostic vital et expose au risque d’handicap sévère avec dépendance. La mortalité à 30 jours est de 30% à 50%, dont la moitié survient dans les 2 jours suivant l’accident. Seulement 25% des patients conservent une autonomie fonctionnelle à 6 mois. L’âge moyen de survenue d’un AVC-H est 69 ans, avec une incidence élevée dans la population active.

Les séquelles dépendent de la région du cerveau atteinte, avec selon les cas :

  • une paralysie partielle ou totale,
  • une perte de mémoire,
  • des troubles de la vision,
  • une incapacité à d’écrire