Actualité

L’AVC : quelle prise en charge ?

Lorsqu’une personne est victime d’un AVC, il est crucial qu‘elle soit prise en charge dans les 4h suivant l’AVC. Ne pas avoir les bons réflexes fait perdre beaucoup de temps et peut nuire au patient. C’est pourquoi il est important de connaître et reconnaître les symptômes de l’AVC pour appeler immédiatement le SAMU qui régulera le transport du patient à l’hôpital vers une Unité Neuro-Vasculaire dédiée aux AVC. Sans cet appel, la personne sera amenée aux urgences et perdra de précieuses heures à sa bonne prise en charge.

Des traitements existent pour réduire les conséquences d’un AVC Ischémique mais ils doivent être administrés au plus tôt suivant les premiers symptômes. A ce jour aucun traitement médical n’est indiqué pour diminuer les graves conséquences d’un AVC hémorragique, mais une prise en charge rapide permet d’identifier la cause d’un AVC et d’optimiser sa prise en charge.

Consulter  l’article sur l’UNV : ici 
Consulter l’article sur les symptômes d’un AVC : ici

 

Qu’est-ce qu’une UNV ?

 

Lorsque nous sommes victime d’un AVC, le passage dans une Unité Neuro-Vasculaire ou UNV est partie intégrante du parcours du patient quel que soit son âge, la cause et la sévérité de l’AVC.

Mais qu’est-ce qu’une UNV ?

L’Unité Neuro-Vasculaire est une unité spécialisée de neurologie dédiée à la prise en charge des accidents vasculaires cérébraux. Elle fonctionne 24H/24H avec un neurologue de garde en permanence. Dès votre arrivée le neurologue décide des examens à effectuer à commencer par une imagerie (IRM ou Scanner) pour déterminer le type d’AVC (hémorragique ou non) et sa localisation cérébrale, et ainsi décider des traitements à mettre en œuvre.

Il existe aujourd’hui 135 UNV en France qui ont prouvé leur efficacité.

 

 

 

Quels sont les symptômes d’un AVC ?

Comment savoir si une personne proche de vous, où que vous êtes vous-même victime d’un AVC ?

Les symptômes de l’AVC se manifestent subitement et la prise en charge doit être immédiate. Il est donc important de connaître les principaux signes d’un AVC pour bénéficier rapidement d’un traitement.

Ainsi si vous sentez :

– L’apparition soudaine d’une difficulté à s’exprimer ou à comprendre les autres (aphasie) ;

– La paralysie ou l’engourdissement soudain d’un côté du visage ;

–  La paralysie ou l’engourdissement soudain d’un bras ou d’une jambe (hémiplégie) ;

– La perte soudaine de la vue (souvent dans un seul œil) ou vision dédoublée ;

– La perte soudaine de l’équilibre ou de la coordination des mouvements ;

Un seul reflexe à avoir ! Appeler immédiatement le SAMU (15 ou 112), le seul coordinateur qui vous orientera rapidement vers la prise en charge structure adaptée, notamment en Unité Neuro-Vasculaire (UNV).

Même si les symptômes disparaissent, vous devez consulter un médecin.

 

 

 

Vous avez dit Op2Lysis ??

On se demande souvent ce que signifie le nom d’une entreprise. Quelle histoire se cache derrière des noms pas toujours évidents à prononcer. Vous vous êtes d’ailleurs peut-être déjà posé la question. Dans cet article nous avons décidé de vous en dire plus sur le nom de notre entreprise.

Op2Lysis est de consonance anglaise et se décompose en trois parties : « Op », « 2 » et « Lysis » (qui se prononce « Hop tou l’ail zis ») qui signifie « Optimize Lysis » » en anglais. Le nom « Op2Lysis » signifie donc littéralement « optimiser la lyse » :

Mais que signifie le mot Lyse ? Le nom d’un des fondateurs de l’entreprise ? Un terme scientifique ?

Lyse est un radical provenant du mot grec lusis signifiant « délier », « détacher ». Il se retrouve comme suffixe de mots tels qu’analyse, catalyse, dialyse, électrolyse, pyrolyse, autolyse… Pour nous thrombolyse, la lyse du thrombus, délier, liquéfier le caillot sanguin en l’occurrence dans le cas de notre produit (O2L-001) l’hématome présent dans le cerveau.

Op2Lysis a donc pour vocation de développer des solutions (un traitement médicamenteux) dont le but est de favoriser la dégradation des hématomes et des caillots sanguins formés dans les AVC, notamment dans les AVC hémorragiques.

 

Qui sommes-nous ? Episode #6 Tiffany Le Carff

A travers cette mini-série d’articles, nous voulons vous présenter l’ensemble de notre équipe et les compétences de chacun.

Tiffany Le Carff, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis chargée de communication au sein d’Op2Lysis. J’ai d’abord fait une Licence en Science de l’Information et de la Communication à l’Université de Paris 8 et j’ai poursuivi mes études avec un Master en Communication des Entreprises, Institutions publiques et Associations à l’Université Paris 13. J’ai eu l’opportunité de travailler pour plusieurs entreprises de différents secteurs pour mener des missions en communication interne mais également en communication externe. Mon rôle en tant que chargée de communication est de concevoir et mettre en œuvre la stratégie de communication interne et externe des entreprises. Ainsi, je dois garantir la cohérence de l’image de l’entreprise, mettre en avant ses atouts, ses projets, ses équipes mais je dois également en interne, être en support des métiers de l’entreprise.

Pourquoi avez-vous eu envie d’intégrer la société Op2Lysis ?

J’ai été très enthousiaste à l’idée d’intégrer la société Op2Lysis. Les raisons ont été multiples mais je dirais que la première des raisons est le secteur d’activité de l’entreprise. On a tous dans notre entourage des personnes qui ont été victimes d’un AVC et on sait tous les lourdes conséquences que cela engendre, aussi bien pour la personne victime d’un AVC que pour son entourage. Donner du sens à mes missions quotidiennes et à mon métier est très important pour moi.

De plus je savais que l’entreprise venait d’être créée en 2016 et je me suis dit que les projets en termes de communication allaient être nombreux et je ne me suis pas trompé. J’adore les challenges et l’entreprise Op2Lysis relève de nombreux challenges au quotidien !

Quel est votre apport a Op2Lysis ?

L’expérience que j’ai acquise durant mes missions, dans des entreprises de différents secteurs, me permet je pense d’apporter plusieurs choses à Op2Lysis. D’une part, je conçois au quotidien les différentes communications de l’entreprise à destination des cibles que la société souhaite atteindre. D’autre part, je structure cette communication pour la rendre plus cohérente.

Depuis le début de ma mission par exemple nous avons beaucoup travaillé sur l’identité de l’entreprise (tant d’un point de vue graphique que RH, en construisant les valeurs et les messages que nous souhaitons véhiculer). Pour finir, je pense apporter une vision globale des besoins en communication en essayant d’identifier les besoins de demain. L’objectif, est de construire la communication de façon intelligente en réfléchissant sur des stratégies à long terme.

 

Venez découvrir le nouveau site web d’Op2Lysis !

Nous sommes heureux de vous présenter le nouveau site internet Op2Lysis.

Plus design et plus agréable à la lecture vous retrouverez sur cette nouvelle version plus d’informations pratiques, de photos et vidéos illustrant notre activité. Il vous permettra de découvrir de façon plus claire notre entreprise grâce à un nouveau menu clarifié et des pages thématiques bien distinctes.

Notre objectif, vous offrir un meilleur confort de navigation et mieux vous informer sur notre actualité.

Mais nous pensons aussi à nos homologues anglophones et nous mettrons bientôt à leurs dispositions une version en anglais !

The English version of the website will be soon available

Tout a été pensé pour que vous puissiez naviguer en toute simplicité.

Il ne vous reste plus qu’à vous en rendre compte par vous-même en vous rendant sur www.op2lysis.com !

 

 

Qui sommes-nous ? Episode #5 Jérôme Parcq

A travers cette mini série d’articles, nous voulons vous présenter l’ensemble de notre équipe et les compétences de chacun.

Jérôme Parcq, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

J.P.: J’ai une formation d’ingénieur en Agronomie et puis j’ai poursuivi avec un doctorat en Neurosciences. J’ai travaillé les Ces 10 dernières années j’ai travaillé au sein du laboratoire de l’Inserm (U1237), Université de Caen, avec le Professeur Denis Vivien pour développer des solutions thérapeutiques innovantes destinées à détruire les caillots sanguins. Je suis l’inventeur du produit développé par Op2Lysis. Grâce aux formations complémentaires que j’ai reçues à HEC (Challenge +) et à l’INSEAD (Bootcamp Life Sciences), j’ai aujourd’hui une analyse large et multidisciplinaire du programme entrepreneurial qu’est Op2Lysis.

Quelles ont été vos principales contributions dans le domaine des neurosciences ?

J.P. : Durant mon activité de recherche, j’ai développé une expertise autour de la molécule que nous développons aujourd’hui. Mes travaux ont donné lieu à des études cliniques en partenariat avec les unités neurovasculaires en France (Etude Ophélie, coordonnée par l’unité neurovaculaire de Lille). J’ai notamment démontré, que deux formes d’activateur tissulaire du plasminogène (tPA) qui semblaient être identiques avaient en fait des fonctions très différentes dans la neurotransmission glutamatergique. J’ai également mis en lumière le site permettant la potentialisation de cette signalisation par le tPA pour ainsi inventer O2L-001.

Quelle est la force de la technologie développée par Op2Lysis ?

J.P. : La solution proposée par Op2Lysis est basée sur l’observation des mécanismes moléculaires et cellulaires du tPA dans le cerveau. C’est le résultat d’études menées depuis 2001. Cette solution est pleinement adaptée à une administration intracérébrale pour le traitement de l’hémorragie cérébrale aigüe, puisqu’il s’agit d’un agent thrombolytique de nouvelle génération, non neurotoxique.

Quel est votre apport à Op2Lysis ?

J.P. : Je suis co-fondateur d’Op2Lysis, c’est un projet que je porte et que je développe depuis 2010. Ma rencontre avec Christophe en 2014 a accéléré la marche en avant du programme. Je prends en charge les aspects opérationnels de la société.

 

Op2Lysis à l’international Stroke Conference 2018

L’international Stroke Conference est l’un des plus importants congrès dans le domaine des AVC et se tient annuellement aux Etats-Unis. Plus de 4000 congressistes étaient présents, dont plus de 25% venus d’autres pays.

L’un des événements majeurs à cette session est indéniablement la présentation des résultats de l’étude DEFUSE-3. Jusqu’à présent, il avait été montré que le bénéfice clinique de la thrombolyse, seul traitement médical efficace dans l’AVC de type ischémique, c’est-à-dire consécutif à l’obstruction d’un vaisseau cérébral, disparaissait au-delà de 3 à 4,5 heures après la survenue des symptômes. L’étude DEFUSE-3 repose sur les progrès de l’imagerie cérébrale et la pratique de la thrombectomie (technique interventionnelle consistant à retirer le caillot à l’aide d’un cathéter), qui sont les plus importantes avancées de ces dernières années dans le domaine de l’AVC. Les patients sélectionnés dans cette étude étaient atteints d’un AVC de type ischémique survenu entre 6 et 16 heures auparavant et pour lesquels l’imagerie (IRM ou scanner) permettait d’identifier qu’une partie du tissu cérébral concerné par l’occlusion artérielle pouvait encore être sauvée. Les résultats présentés à l’ISC 2018 ont permis de démontrer une diminution de moitié du score de handicap consécutif à l’AVC chez ces patients pour lesquels il était précédemment considéré qu’aucun traitement ne pouvait améliorer leurs chances de survie avec un niveau de handicap acceptable.

Ces résultats sont la source d’un fantastique espoir et ont été largement applaudis par l’audience. Bien qu’ils concernent une autre forme d’AVC, ils montrent bien que la persévérance et la combinaison de nouvelles techniques, dans ce cas, l’imagerie et la thrombectomie, offrent de nouvelles chances pour les patients atteints d’AVC. C’est à cela que nous travaillons chez Op2Lysis. Cette conférence a été l’occasion pour nous, de rencontrer de nombreux experts qui étaient présents au congrès, notamment des personnes clé impliquées dans l’essai MISTIE en cours avec altéplase chez les patients avec un hématome intracérébral, et avec lesquelles des collaborations fructueuses vont pouvoir être mises en place dans un proche avenir, permettant ainsi de maximiser nos chances de succès.

Pour mieux comprendre la différence entre AVC ischémique et AVC Hémorragique, nous vous invitons à consulter cet article.


Qu’est-ce qu’un AVC hémorragique ?

Existe-t-il plusieurs formes d’AVC ? Pourquoi parle-t-on d’AVC Hémorragique ? Nous vous expliquons tout !

Il faut tout d’abord savoir qu’il existe deux principaux types d’AVC (95% des cas) : l’AVC dit ischémique et l’AVC dit hémorragique. Les symptômes restent les mêmes, cependant l’AVC hémorragique est la forme d’AVC la plus sévère et la plus handicapante.

L’AVC Ischémique est provoqué par l’obstruction de vaisseaux sanguins présents dans le cerveau. L’obstruction est provoquée par un caillot formé soit par la rupture d’une plaque d’athérome* sur la paroi de l’artère, soit par la migration d’un caillot formé dans le cœur chez un patient atteint d’une fibrillation auriculaire. Le cerveau étant insuffisamment irrigué, les cellules nerveuses manquent d’oxygène et de nutriments et meurent.

L’AVC hémorragique ou hémorragie cérébrale résulte d’une fuite de sang d’une artère cérébrale vers le cerveau. Cette fuite est la conséquence de la rigidification des vaisseaux (tabagisme, hypercholestérolémie**, hypertension artérielle notamment). La présence de sang dans le cerveau entraine alors la mort des neurones avoisinants. De plus la formation de l’hématome dans la boite crânienne comprime le tissu cérébral, ce qui induit des dégâts supplémentaires.



*Plaque d’athérome : Modification structurelle de la paroi vasculaire par des dépôts de cholestérol, conduisant à une réponse inflammatoire fragilisant la paroi. Il s’agit d’une maladie chronique qui se développe tout au long de la vie. 

**Hypercholestérolémie : taux de cholestérol supérieur à la normal dans le sang.



La recherche avance avec Estelle

Arrivée le 4 décembre dernier, Estelle Louet, ingénieur d’études, a pour mission d’établir les caractéristiques de formulation de notre solution thérapeutique. Elle développe et valide actuellement les tests in-vitro permettant d’évaluer la liquéfaction d’un caillot sanguin en fonction du temps et de la concentration de produit O2L-001. Les résultats permettront d’accélérer le travail avec Carlina technologies pour obtenir le produit industrialisé et formulé.

Une demande de Convention Industrielle de Formation par la Recherche (CIFRE) a également été déposée auprès de l’Agence Nationale de la Recherche et de la Technologie, afin qu’Estelle puisse initier un doctorat dans les prochains mois, avec Op2Lysis et l’unité Inserm U1237 à Caen.